Blog

Des étincelles, des flammes et du charbon, les Peaky Blinders s’avancent dans les rues de Birmingham. Tenues impeccables, manteaux virevoltants dans la poussière et casquette en Tweed. La plume aiguisée de Steven Knight nous fait ainsi redécouvrir l’Angleterre d’après-guerre, la grande Bretagne des années 20. Nous suivons l’épopée familiale des Shelby, gens du voyages sédentarisés, méprisés par les uns, terrorisant les autres, qui s’élèvent progressivement dans la société usant de ruses et de truanderies. Entre rencontres improbables avec le jeune Winston Churchill et déboires avec l’IRA le spectateur se plonge dans un univers industriel façonné par intrigues et conspirations.

Read more

Le haut-parleur grésille « Port-Royal », la rame commence à ralentir et alors que les portes s’ouvrent, les voyageurs sortent déjà de leurs sacs, leurs plus belles parures blanches. Dehors, des groupes s’organisent, des pancartes et banderoles aux slogans percutant se dressent. Du fond du boulevard une clameur nait, s’élève, prend forme « Sauvons l’hôpital publique ».

Read more

Le soleil de l’après-midi s’échappe du fin rideau de fer, projetant ses multiples faisceaux sur le mur blanc, une constellation de point lumineux dans ce petit volume sombre. Quelques mètres carrés accueillent ainsi un lit métallique, pieds vissés dans le carrelage.

Read more

Au loin, quelques voitures klaxonnent. Le soleil, lui, se lève à peine sur le jardin du Luxembourg, ses rayons réchauffant quelques rêveur assis sur leurs bancs. Des hommes aux costumes impeccables et attaché-cases côtoient ici et là des marathoniens en sueurs s’étirant contre un arbre. Je me faufile parmi eux pour atteindre la porte du Sénat.

Read more

Une douce lumière filtre à travers les volets de la chambre de garde, déposant sa chaleur sur ma joue humide. Devant le vieux bureau de bois, penché sur ce petit carnet de cuir noir moleskine, stylo en main, j’essaie d’ancrer dans le papier mes émotions, mes états d’âme de la nuit. Chaque phrase est reproduite sur les lignes tracées telle que ma pensée me les livre.

Read more

Un picotement au bout des doigts, une douleur dans le bas ventre puis un frisson qui remonte, serre et prend la gorge. Une sensation désagréable s’installe, investit le corps, se niche au fond de l’âme. Serait-ce un des symptômes du syndrome de l’imposteur, la culpabilité, inaccessible à la raison et difficilement à la réassurance ?

Read more

Après plusieurs mois enfermés avec tes manuels médicaux, rythmé par les questions à choix multiples, tu viens de passer les épreuves de l’internat. Après trois jours de concentration, d’insomnies, de réflexions intenses, ta vie ritualisée va prendre fin. Si la réussite de ton premier concours, celui d’entrée, te garantissait de devenir médecin, celui-ci déterminera ta future spécialité.

Read more

Un long couloir sombre, une fenêtre ouverte par où s’engouffre un peu de vent frais, je perds la sensation du temps. Voilà plusieurs heures que je parcours l’hôpital, d’unités en unités, de patients en patients : 120 lits, un service d’accueil et un seul interne – Moi.

Read more

Début octobre, l’humoriste et interne en médecine Aviscène twittait « La psychanalyse c’est un peu l’homéopathie de la psychiatrie. En cours j’ai vu un courrier d’un psychanalyste qui avait vu un enfant et qui parlait de complexe œdipien, de recrudescence de stade anal. Alors que c’était juste un enfant avec un TDAH qui avait besoin de ritaline. » Suite à cette intervention, la twittosphère s’est, comme à son habitude, enflammée: Levée de boucliers des psychanalystes, intervention des anti « fakemeds », relativisme des pédopsychiatres. Difficile de faire le point dans cet entremêla d’argumentaires, chacun défendant sa chapelle.

Read more

Fin d’un stage, début d’un nouveau. L’interne doit être adaptable, tous les six mois il change d’équipe, d’unité, de pratiques. En plus des soins qu’il prodigue aux patients, il garde son statut d’étudiant. Il passe de la théorie à la pratique, il est là aussi pour comprendre, découvrir et apprendre. Six années d’études, de travail, de révisions constituent de solides fondations. Une base sur laquelle l’interne va ériger son projet, composer et assembler ses connaissances.

Read more

30/41